Lectures Méridiennes

Samedi 10 Février 18

Les livres en partage :

Couleurs de l’incendie de Pierre Lemaitre 

Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l'empire financier dont elle est l'héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d'un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement.

Face à l'adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l'ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d'intelligence, d'énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d'autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l'incendie qui va ravager l'Europe.

Les fils conducteurs de Guillaume Poix

Près du port d’Accra, au Ghana, dans une immense décharge de produits électroniques, Isaac et Moïse initient Jacob à la "fouille". Trois jeunes garçons plongés dans les déchets de l’obsolescence industrielle auxquels Guillaume Poix donne une grâce singulière. Ce premier roman captive tant par son style lyrique et son ambition documentaire que par l’humour impitoyable qui interroge les zones troubles du regard occidental.

Ces rêves qu’on piétine de Sébastien Spitzer

Sous les bombardements, dans Berlin assiégé, la femme la plus puissante du IIIe Reich se terre avec ses six enfants dans le dernier refuge des dignitaires de l’Allemagne nazie. L’ambitieuse s’est hissée jusqu’aux plus hautes marches du pouvoir sans jamais se retourner sur ceux qu’elle a sacrifiés. Aux dernières heures du funeste régime, Magda s’enfonce dans l’abîme, avec ses secrets.

Au même moment, des centaines de femmes et d’hommes avancent sur un chemin poussiéreux, s’accrochant à ce qu’il leur reste de vie. Parmi ces survivants de l’enfer des camps, marche une enfant frêle et silencieuse. Ava est la dépositaire d’une tragique mémoire : dans un rouleau de cuir, elle tient cachées les lettres d’un père. Richard Friedländer, raflé parmi les premiers juifs, fut condamné par la folie d’un homme et le silence d’une femme : sa fille.

Elle aurait pu le sauver.

Elle s’appelle Magda Goebbels.

Le porc épique de Manuel Rui

Une famille angolaise décide d'engraisser un cochon dans l'appartement qu'elle occupe, au septième étage d'un immeuble de Luanda. Le père est bien décidé à mettre rapidement un terme à la monotonie du poisson frit, du manioc et du riz - uniques denrées que la mère réussit à se procurer après d'interminables heures de queue -, mais les enfants s'attachent à l'animal et s'ingénient à trouver mille solutions pour prolonger sa vie. Policiers, miliciens, contrôleurs, un agent de la police secrète, mais aussi une maîtresse d'école blâmée par sa hiérarchie... Tels sont les personnages qui interviennent dans les aventures rocambolesques du cochon. A travers ce récit cocasse, Manuel Rui dresse un portrait à la fois tendre et profondément critique de la société angolaise des années qui ont suivi l'indépendance (1975). Paru en 1982, le livre a aussitôt connu un très vif succès.

Le tout dernier été d’Anne Bert 

Parce qu’elle aime furieusement la vie et qu’elle est condamnée, Anne Bert a décidé de choisir et de ne pas subir jusqu’au bout les tortures que lui inflige la maladie de Charcot. C’est ce cheminement qu’elle nous raconte ici. Celui de devoir mourir hors-la-loi, et hors-les-murs, puisque la loi française ne l’autorise pas à abréger ses souffrances. Celui aussi de son dernier été.

Il faut découvrir le goût des dernières fois et des renoncements, apprendre à penser la mort, dire au revoir à ceux qu’elle aime, en faisant le pari de la joie malgré le chagrin.

Un récit poignant, une ode à la liberté et à la vie, permise seulement par sa détermination à dire non. 

Le problème Spinoza d’Irvin Yalom

Le 10 mai 1940, les troupes nazies d’Hitler envahissent les Pays-Bas. Dès février 1941, à la tête du corps expéditionnaire chargé du pillage, le Reichsleiter Rosenberg se rue à Amsterdam et confisque la bibliothèque de Spinoza conservée dans la maison de Rijnsburg. 

Quelle fascination Spinoza peut-il exercer, trois siècles plus tard, sur l’idéologue nazi Rosenberg ? L’œuvre du philosophe juif met-elle en péril ses convictions antisémites ? Qui était donc cet homme excommunié en 1656 par la communauté juive d’Amsterdam et banni de sa propre famille ? 

Une petite île heureuse de Lars Sund

A Fagerö, petite île au Sud-Ouest de la Finlande, tous les habitants se connaissent et vivent une vie paisible jusqu'au jour où le cadavre d'un inconnu, premier d'une longue série, est repêché près de la côte. Et jour après jour, nuit après nuit, des corps viennent s'échouer sur les côtes de Fagerö. Alors les renvoyer d'où ils viennent ? Leur faire une place dans le cimetière ? 

 Le roman est  une critique à peine voilée de nos travers, de nos penchants xénophobes, de notre amour pour notre pays mais pas de ces immigrants qui se présentent en masse à nos portes. 

 

Prochain rendez-vous : le samedi  3 mars à 10h