C'était le samedi 18 mars 2017
 
Le groupe de lecteurs réunit a commencé à engranger les livres édités en ce début de  2017 pour continuer l’aventure du Prix des Lecteurs de la Méridienne en 2018. 
Cinq ouvrages ont déjà été sélectionnés pour être lus et partagés. 
Sans Véronique  d’Arthur Dreyfus
Plusieurs secondes ont passé durant lesquelles Bernard s'est efforcé d'ordonner les mots qu'il venait d'entendre et qui s'enchevêtraient dans son esprit : Sousse, la Tunisie, un attentat, ce matin, Véronique - tout cela n'avait aucun sens. Monsieur, vous m'entendez ? a articulé la voix, tandis que de l'autre côté, Bernard se mettait à trembler, écrasant sa main gauche sur la tablette du téléphone; ici les chiens, qui avaient perçu son état, se sont approchés, avant qu'une phrase enfin s'échappe de sa bouche : Qu'est-ce qui est arrivé à ma femme ?
«  Deux histoires d’amour ordinaires, banales et bouleversantes…qui finissent mal. Deux couples presque sans relief deviennent les héros d’un roman en phase avec notre traumatisante actualité. Un roman composé de deux chapitres. Surprenant ! Une belle histoire narrée comme une conversation amicale et c’est un monde qui s’écroule. Un clin d’œil géographique : ce récit se déroule en partie proche de chez nous (nous, les Melunais, les Briards). » Pierre
Article 353 du code pénal de Tanguy Viel
Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur est arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l'ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec. Il faut dire que la tentation est grande d'investir toute sa prime de licenciement dans un bel appartement avec vue sur la mer. 
Encore faut-il qu'il soit construit.
Soudain le large de Julien Decoin 
Cette nuit-là, au milieu du port de Cherbourg, Charles la sauve de la noyade et la hisse à bord, inconsciente. A-t-elle glissé ? A-t-elle sauté ? Quelle est la couleur de ses yeux ?
Catherine se réveille dans ce voilier inconnu et part sans explication. Mais elle reviendra, comme la mer monte et descend. Et Charles, le marin, l'attendra à quai, jusqu'à ce que leur histoire commence, comme dans un roman d'aventure…
Deux cigarettes dans le noir de Julien Dufresne Lamy 
 Clémentine travaille dans une usine de parfum. Elle attend un enfant. Au volant de sa voiture en direction de la maternité, elle percute quelqu'un sans pouvoir s'arrêter. De retour à la maison seule avec son bébé, elle apprend la mort à Paris, deux jours plus tôt, de la chorégraphe Pina Bausch. Clémentine se souvient : une silhouette maigre, de longs cheveux gris ? C’est Pina qu'elle a fauchée. Elle a tué un génie en mettant au monde son enfant. La maternité, la danse, la vie, la mort se côtoient dans le nouveau roman de Julien Dufresne-Lamy, qui trouble et bouscule par son intelligence et son originalité. 
 
L’abandon des prétentions de Blandine Rinkel
Qu’est-ce qu’une vie réussie ? » Au Bic, Jeanine recopie la question sur un post-it, puis, comme chaque jour, part marcher. Croisant, au cours de ses dérives, divers visages : un architecte syrien fuyant son pays, un danseur étoile moscovite, une mythomane espagnole…
Ne sous-estime-t-on pas, d’ordinaire, l’amplitude des voyages intérieurs suscités par ces rencontres fortuites ? 
Sans doute fallait-il, pour en prendre la mesure, le regard d’un proche. C’est sa fille qui dresse le portrait de cette femme de soixante-cinq ans, en autant de fragments, composant un kaléidoscope où se confondent le monde et une mère.
Comme à l’accoutumée vient ensuite le moment d’échanges  autour des livres lus et aimés (ou pas) qu’ils soient nouveaux (ou pas).
 
L’effroi de François Garde
Quand, un soir de première à l'Opéra Garnier, Louis Craon, chef de renommée internationale, fait le salut nazi et lance un « Heil Hitler », la stupeur est si grande que personne ne bouge dans la salle. Personne, sauf un altiste, Sébastien Armant, qui le premier se lève et tourne le dos au chef en signe de contestation. Il entraîne à sa suite tout l'orchestre et le public. Le chef bat en retraite et disparaît. En quelques secondes, ce geste spontané et presque involontaire transforme Sébastien Armant en héros. Pour les médias français, il devient « l'homme qui a dit non ». Les images de la représentation, filmée en direct, circulent dans le monde entier. Le musicien jusqu'ici inconnu est invité de plateaux télé en émissions radio et se laisse emporter dans un tourbillon de sollicitations incessantes, fasciné par l'univers qu'il découvre. Quand soudain un mystérieux groupe extrémiste revendiquant le geste de Craon le prend pour cible, il voit définitivement son existence lui échapper. Racontant au jour le jour le quotidien d'un homme dont l'existence bascule, L'effroi pose de manière originale la question de l'obéissance et de l'héroïsme ordinaire.
Poupée volée d’Helena Ferrante
Léda, quarante-huit ans, a laissé partir ses deux filles avec leur père au Canada.
Profitant de sa liberté enfin retrouvée, elle s'offre des vacances, près de Naples? Sur la plage, elle se lie d'amitié avec une jeune mère et sa petite fille, merveilleusement complices. Mais pourquoi soudain voie-t-elle la poupée de la petite ?
 
 
Le cri de Thierry Vila
Lil Servinsky, métisse anglo-rwandaise de trente-cinq ans, médecin, embarque pour la première fois à bord du Septentrion, un navire renifleur de pétrole. La jeune femme a fait de l’errance sur les océans son seul territoire. Mais sa relation très particulière au monde fera bien vite naître et croître des haines incontrôlables dans cet univers essentiellement masculin et clos sur lui-même. 
«  Livre haletant » Philippe
 
.
Deux remord de Claude Monet de Michel Bernard
Lorsque Claude Monet fait don à l'Etat des "Nymphéas", il impose, sans explication, que celui-ci achète son tableau "Femmes au jardin", peint soixante ans plus tôt. Ce roman raconte l'histoire d'amour et de mort qui, du flanc méditerranéen de Cévennes au bord de la Manche, de Londres aux Pays-Bas, entre le siège de Paris de 1870 et la Grande Guerre, hanta le peintre toute sa vie.
 
Pas trop saignant de Guillaume Siaudeau
Pour certains fuir se résume à entrer dans un beau rêve. Pour d’autres les choses ont besoin d’être plus concrètes. Joe, employé aux abattoirs, est de cette trempe. Il veut se sentir bien, vivant, ailleurs. Pour de vrai. Voilà pourquoi, émergeant d’un demi- sommeil existentiel, il passe à l’action. Il fauche une bétaillère (et six vaches) sur son lieu de travail, fait un détour pour embarquer son plus proche ami, Sam – un enfant placé –, et file au volant de l’engin sur les routes montueuses de la région. Evidemment, l’alerte est donnée. L’insurgé aura-t- il le temps de sauver le rêve de la réalité ?
« A lire aussi du même auteur La dictature des ronces un univers riche de fantaisie et d'humour décalé, une écriture très imagée et un art de la formule. » Nicole
 
Dans l’attente de toi d’Alexis Jenni
 
Un hommage soutenu à la femme aimée... hommage exprimé de manière insolite, et particulier: L'auteur passionné par la peinture va choisir des œuvres picturales pour argumenter ses élans amoureux et parallèlement nous offrir un hymne à tous nos sens, dont La Vue et le Toucher, inséparables pour savourer les arts...
Hymne à la peinture, à travers des artistes : Rembrandt, Bacon, Georges de la Tour, Fragonard, Picasso, Rodin, Bonnard, Nicolas Poussin.
Un ton, un regard aussi original que déroutant parfois, surtout dans le choix des artistes.
 
1984 de Georges Orwell  mais aussi Le meilleurs des mondes de  Aldous Huxley et Fahrenheit 451 de Ray Bradbury
«  A lire, relire pour y reconnaitre  toutes les méthodes qui existent pour cadenasser la pensée. »  Claire
Histoire mondiale de la France de Patrick Boucheron
Face aux crispations identitaires qui dominent aujourd’hui le débat public, comment défendre une conception ouverte et pluraliste de l’histoire ? Et faut-il pour cela abandonner l’objet « Histoire de France » aux récits simplificateurs ?
À ces questions, les historiennes et historiens engagés dans cette aventure éditoriale ont tenté d’apporter des réponses simples et concrètes. Elles tiennent dans la forme même du livre : une histoire de France, de toute la France, en très longue durée, qui mène de la grotte Chauvet aux événements de 2015. Une histoire qui ne s’embarrasse pas plus de la question des origines que de celle de l’identité, mais prend au large le destin d’un pays qui n’existe pas séparément du monde qu’il prétend même parfois incarner tout entier. Une histoire qui n’abandonne pas plus la chronologie que le plaisir du récit, puisque c’est par dates qu’elle s’organise et que chaque date est traitée comme une petite intrigue. 
Réconciliant démarche critique et narration entraînante, ce n’est pas par défaut mais bien par conviction qu’elle se présente comme collective : 140 dates, presque autant d’historiennes et d’historiens, tous attachés à rendre intelligible un discours engagé et savant. L’enjeu est clair : il s’agit moins de défendre le récit glorieux ou coupable d’une France mondiale que de prendre la mesure d’une histoire mondiale de la France. L’histoire mondiale est aujourd’hui un effort davantage qu’un objet : elle consiste à raconter la même histoire – nul contre-récit ici – qui revisite tous les lieux de mémoire du récit national, mais pour la déplacer, la dépayser et l’élargir. C’est-à-dire, en un mot, la rendre simplement plus intéressante.