Lectures Méridiennes

 

 C’était le Samedi 8 décembre à 10h...


Fleur de béton  de W.N’Sondé  Actes Sud     

Derrière la fenêtre d’une barre d’immeubles, Rosa Maria rêve de soleil, d’amour, de calme… et de quitter la cité des 6 000, où elle vit avec sa famille. En attendant ce grand jour, elle pleure son frère aîné retrouvé mort derrière le parking du supermarché, évite les coups de son père quand elle rentre trop tard, cache sa féminité – tardivement – naissante sous des vêtements informes, et soupire en cachette pour le beau Jason qui ne la voit pas. Un incident avec la police provoque une émeute dans le quartier, qui précipite les destins des personnages…


Ce qu’il advint du sauvage blanc de François Garde Gallimard      


Au XIXème siècle, un navire français accoste sur une côte inconnue en quête d’eau potable, mais surpris par des nuages  menaçants, l’équipage doit repartir précipitamment,  abandonnant  sur le rivage un matelot : Narcisse Pelletier.  Dans ce pays désertique, Narcisse ni trouve ni eau ni nourriture, il est bien prêt de mourir lorsqu’une tribu indigène le recueille, une tribu que tout sépare de sa civilisation d’origine…17 ans plus tard, Narcisse est repris par un navire de passage. L’ancien marin est entièrement  tatoué, il parle une langue aux sons étranges et  semble comme amnésié de ses origines  françaises. Reconduit en France, il est confié à  Octave de Vallombrun , un savant épris de découvertes exotiques qui le prend en charge et  tente de l’étudier  tout en lui réenseignant le français.D’un chapitre à l’autre, deux récits s’entremêlent :  Celui de Narcisse avant son intégration dans  cette tribu australienne,  un récit chargé donc de tous les préjugés et  jugements qu’un homme simple pouvait  se forger face à l’Autre ; et celui d’Octave de Vallombrun, savant mélange des préconcepts propres aux anthropologue de l’époque  et d’interprétations biaisées sur les mœurs  de ce « sauvage blanc » ; biaisées puisque jamais Narcisse ne racontera quoi que ce soit sur ces 17 années parmi les Autres….


Il faudrait s’arracher le cœur Dominique Fabre Ed. de l’Olivier

A travers trois histoires, le narrateur raconte comment ceux qu'il aimait l'ont quitté ou plutôt délaissé, il fait revivre ses années de jeunesse lorsqu'il attendait que la vie, la vraie, veuille bien cogner à sa porte. La première histoire est une histoire d’amitié,  celle de sa relation avec deux amis qui se suicident ou cherchent à le faire. La deuxième raconte le départ  du père, et les rencontres en pointillés qui suivront cette désertion. La dernière raconte le dernier déménagement d’Anna, la grand-mère, et la fin d'un monde.